← Partagez cette page

Radars et bandits de grands chemins : une analogie plutôt amusante

Catégorie(s): humour

Voici un photo montage trouvé sur Facebook qui nous rappelle avec pas mal d’ironie que le mot gendarme provient de l’anciens français « gens d’armes » qui étaient censés protégé les voyageurs contre les bandits de grands chemins qui se cachaient sur le bord des routes pour attaquer et détrousser ou rançonner ces pauvres voyageurs pris par surprise…

bandits de grands chemins Il est loin le temps où ces personnes devaient avant tout nous protéger… il serait intéressant d’avoir des statistiques sur les taux d’occupation des gendarmes entre ce qui rend réellement service au public et les activités de répression…

Prenons le avec humour car malheureusement nous ne pouvons pas vraiment y faire grand chose à part nosu débarasser de nos voitures (pour ceux qui le peuvent) : nous sommes désormais pris au piège et sommes ponctionnés de tous les côtés :

  • par les taxes, l’immatriculation et les assurances quand on achète un véhicule…
  • par les taxes sur les carburants qui correspondent à la majorité du prix à la pompe…
  • par les PVs multiples et variés générés par cette véritable industrie du contrôle radar !

Il y a bien longtemps que l’attitude des « forces de l’ordre » suscitent cette analogie. Typiquement, le côté « traque » et « planque » envers l’automobiliste évoque directement les techniques et les motivations des bandits de grands chemins.
Pourtant, quand on a des « valeurs », il parait que « la fin ne justifie pas les moyens ». Enfin, c’est ce que j’avais appris… A tort ?
A voir comment se comporte le – flic, gendarme, CRS, municipal – moyen aujourd’hui, c’est à dire avec la sournoiserie la plus débridée, c’est à se demander si nous ne devrions pas faire pareil : tout faire en douce, dissimuler, tricher, extorquer.
Il y a bien longtemps d’ailleurs qu’à la mission de « protection des biens et des personnes » (largement abandonnée) s’est substituée la mission de perception de fonds et de financement des trésoreries nationales et territoriales.
Peut importe la cause, une entité qui emploie – ou fait employer – des moyens de cette nature s’assimile à un bandit de grands chemins.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)